Pas tous ceux qui errent…

Pas tous ceux qui errent…, de Lisa Adams

 

« La raison la plus importante pour aller d’un endroit à un autre est de voir ce qu’il y a entre les deux. »
~ Norton Justier

Je retiens cette citation depuis un moment et en voulant la partager avec vous, j’ai recherché le contexte. Je viens de descendre dans un terrier de lapin de citations de Norton Juster, et comme vous le savez probablement tous, la citation ci-dessus est tirée de son célèbre livre pour enfants The Phantom Tollbooth . D’une manière ou d’une autre, en près de 46 ans, ce livre a échappé à ma liste de lecture – jusqu’à maintenant. L’avez-vous lu?

Ce que j’aime dans cette citation concerne les voyages, oui, mais ce n’est pas vraiment les endroits où nous allons, c’est qui nous devenons pendant le voyage. Cet endroit « entre-deux » est un endroit suspendu – pas seulement un simple aller d’ici à là. Que contiennent ces moments d’entre-deux ? Qu’est-ce qu’on y vit ? Ces petites parcelles de temps sont l’endroit où nous apprenons sur nous-mêmes, ce dont nous sommes capables et où se situent nos faiblesses. L’entre-deux est le siège de la transformation et de la découverte.

Il y a tout un processus pour décider où nous voulons aller; rechercher nos destinations et acheter les billets sont des façons de préparer le terrain pour les attentes. Je viens de lire récemment que lorsque nous décidons de faire un voyage, nous devrions acheter les billets le plus tôt possible. Cet achat à des mois et des mois du moment du voyage réel prolonge l’expérience, il colore nos jours qui l’ont précédé de joie et d’anticipation. Nous tirons vraiment plus de notre argent dépensé. Nous avons quelque chose à attendre avec impatience qui met un ressort dans nos pas et de l’espoir dans nos cœurs alors que nous marquons les jours hors du calendrier. Le voyage devient alors une récompense pour notre esprit, bien avant même que nous soyons montés dans un avion ou un train.

L’une de mes parties préférées du voyage est d’élargir mes goûts par l’exposition – pas seulement dans la nourriture – mais dans l’art et la culture ; la musique d’un lieu, la danse, les traditions. Lorsque nous sommes à la maison, nous avons tous notre radio préférée, nos restaurants, nos musées, nos rituels de vacances, etc. Et lorsque nous voyageons dans un nouvel endroit, nous sommes exposés à un éventail de nouvelles choses fascinantes. Lorsque nous rentrons chez nous, nous emportons ces nouvelles expériences avec nous, puis nous choisissons ce qui restera avec nous et fera partie de notre goût nouvellement développé et élargi. W. B Yeats dit : « Le monde est plein de choses magiques qui attendent patiemment que nos sens deviennent plus aiguisés. »

Quand je rentre chez moi à New York après un voyage dans une autre partie du monde, il y a une transformation qui s’est opérée. Ce que je découvre sur moi-même alors que je me réveille au lever du soleil dans un endroit étrange et que je respire un air nouveau, que je dors dans de nouveaux lits et que je rêve de nouveaux rêves me change. Quand je voyage, mes yeux sont plus grands ouverts pour avoir vu une nouvelle terre, mes muscles d’amour et de compassion ont doublé de volume pour avoir été exposé à des gens d’une autre nation, mes sens sont aiguisés pour les choses que j’ai senties, goûtées, vu, entendu et touché.

Aussi glorieux que soit de sauter dans un avion et d’obtenir un nouveau tampon pour notre passeport, il y a une brutalité de voyage qui nous oblige à faire confiance à des étrangers, à quitter la familiarité de nos amis et de notre famille, à nous retrouver face à face avec l’inconnu, à nous rendre à ne pas connaître le chemin, la langue, l’issue… Parfois, nous partons et revenons et avons besoin de vacances de nos vacances. Nous devons recalibrer, réinitialiser nos horloges internes, renouer avec les habitudes alimentaires et de sommeil. Nous nous déséquilibrons exprès pour revenir avec un centre plus fort, une nouvelle appréciation de la routine.

Je pense que le véritable changement apporté par les voyages – la véritable transformation – consiste à découvrir ce qui est en nous depuis toujours. Je m’en vais et je reviens toujours avec un sens plus clair de mon objectif et une meilleure idée de qui je suis et de qui je veux être. C’est comme si j’avais puisé dans un état de conscience négligé. Je deviens plus attentif et plus présent, plus réceptif au monde qui m’entoure.

Mon amie Amy Richards , qui est comme une fille pour Gloria Steinem, a été interviewée récemment. Elle a dit : « Gloria a ce beau passage dans son livre Ma vie sur la route où elle s’arrête et pose sa main sur un rocher dans Central Park et essaie de se souvenir de toutes les personnes qui ont également mis la main sur ce rocher ou d’où vient le rocher. J’y pense lorsque je visite un endroit. » La lecture de ces mots m’a fait réaliser que nous n’avons peut-être pas tous les ressources – les fonds ou l’espace de calendrier – pour réserver un voyage. Mais il existe des moyens peu coûteux et faciles de voyager. Nous pouvons aller dans nos propres arrière-cours, à la plage, dans une forêt ou dans notre propre parc local et cherchez la pierre, la brindille, le coquillage ou quoi que ce soit et laissez l’histoire imaginaire de cet objet nous emmener dans un voyage. soi qui vient des petites aventures si nous laissons nos cœurs et nos esprits rester ouverts.

Beaucoup de mes amis à New York appartiennent à la communauté de dévotion Hare Krishna . Cette période de l’année est propice aux pèlerinages spirituels, aux visites de temples, aux retraites de yoga, aux études approfondies et aux voyages à travers l’Inde. Je fais normalement un voyage d’hiver en Inde, mais cette année, ma bande de compagnes de voyage et moi avons décidé de faire une pause hors de l’Inde, de faire le tour du monde et de trouver de nouvelles aventures avec nos amis et notre famille. Je sais qu’en voyageant en Allemagne et à Amsterdam en mai avec un de mes amis d’enfance, je serai très heureux de cette décision, mais en ce moment, mon cœur est en Inde.

Au moins une fois par jour en Inde, vous mangez un bol de daal ou de lentilles. Les lentilles sont une source populaire de protéines pour de nombreux régimes végétariens indiens. Le pain est fait de lentilles, elles sont cuites dans une bouillie de khichdi ou bouillies avec des épices dans une soupe fine bouillonnante. Pendant des années, j’ai fait des lentilles quelque part au milieu – une sorte de ragoût épais plus copieux. Moitié bouillie, moitié soupe. Apprécier!

Ragoût de lentilles rouges à la noix de coco

  • 2 cuillères à soupe d’huile de noix de coco (ou n’importe quelle huile que vous préférez)
  • 1 tasse d’oignon haché
  • 1 cuillère à soupe de curry en poudre
  • 1 cuillère à soupe de garam masala
  • 1 cuillère à soupe de curcuma
  • 2 tasses de lentilles rouges
  • 1 1/2 cuillères à café de sel
  • 1 1/2 cuillères à café de poivre noir
  • 2 cuillères à soupe de gingembre frais râpé
  • 6 tasses de bouillon de légumes
  • 1 boîte de lait de coco
  • 1 tasse de tomates hachées
  • flocons de piment rouge broyés au goût
  • coriandre et quartiers de citron vert pour la garniture

Chauffer l’huile dans une grande marmite à soupe à feu moyen. Cuire l’oignon, en remuant souvent, jusqu’à ce qu’il soit ramolli et doré, de 8 à 10 minutes. Ajouter toutes les épices sèches et le gingembre frais et cuire, en remuant, jusqu’à ce qu’ils soient parfumés, environ 2 minutes. Ajouter les lentilles et cuire, en brassant, 1 minute. Ajouter le bouillon dans la casserole, remuer pour combiner. Porter le mélange à ébullition; réduire le feu et laisser mijoter doucement, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que les lentilles soient tendres mais pas molles, 20 à 25 minutes. Ajouter les tomates et le lait de coco et laisser mijoter 5 minutes de plus. Assaisonner la soupe avec plus de sel et de poivre et les flocons de piment rouge concassé si nécessaire. Garnir de coriandre et de citron vert.

À propos de Lisa Adams
Lisa est une alliée droite, mais elle vous dirait qu’elle est vraiment un homme gay pris au piège dans le plus mignon des paquets féminins. En tant qu’actrice de théâtre musical et chef des stars, elle a été entourée d’homosexuels presque toute sa vie. Sa croyance dans le pouvoir transformateur du voyage et dans la bonté de la nourriture s’est combinée pour lui donner une voix unique (et délicieuse) dans la blogosphère.

Pour vous abonner au blog de Lisa et découvrir toutes ses réflexions et recettes, rendez-vous sur http://www.allgoodthings.nyc .

SI VOUS N’AVEZ PAS RÉSERVÉ LES VACANCES LGBT+ LES PLUS CHAUDES DE LA PLANÈTE,
QU’EST-CE QUE TU ATTENDS? VÉRIFIEZ-LES CI-DESSOUS !

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Pin It on Pinterest

    Share this Page